SIRIONA,

SIRIONA,

Sujet de réflexion / Jean Dartigolles

Dans ma vie, j’ai vu disparaître énormément d’éléments du patrimoine, de très nombreuses traces du passé comme des calvaires, des chapelles ou simplement des maisons typiques... Que faire pour exercer une certaine vigilance surtout que de nombreux sites se situent sur des propriétés privées et ne sont pas classés ?

Mon inquiétude est que ce patrimoine disparaisse désormais en quelques années. Il est là depuis des siècles !

La situation est particulièrement terrible pour ce qu'on appelle le "petit" patrimoine. Le mot "petit" n'est pas péjoratif. Simplement, ça veut dire qu'il s'agit de traces plus modestes. Cela peut être une cabane de vigneron ou des collections d'outils.

De grands ensembles (comme par exemple le château de Budos), ne sont pas plus simples à conserver. Mais ils sont spectaculaires et dès qu'ils sont pris en charge par des passionnés qui les protègent, ils sortent de l'anonymat. Ils peuvent être sauvés.

Le petit patrimoine, lui, ce qui le menace, c'est l'indifférence en raison de son éparpillement. Faute de réelle prise en charge, il s'efface très facilement dans l'anonymat le plus total : sa destruction, alors, est inéluctable. Il devient réellement urgent de trouver les moyens de le répertorier si l'on veut tisser un réseau d'attention autour de lui. 

 

 



16/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres